Le mythe de la création d’Adam et Eve

La version la plus connue concernant la création de l’homme et de la vie d’Adam et Eve au paradis est celle de la Genèse. Pourtant un nombre considérable de textes hors Bible apportent des éclaircissements à cette histoire. En remontant aux plus vieilles traditions des mythologies, nous apprenons que les hommes ont été créés pour remplacer des dieux. L’Adam est ainsi considéré comme un animal créé au service de Dieu. L’Hypostase des Archontes (texte qui fait partie du codex de Nag Hammadi), raconte qu’on donne le nom d’Adam à l’homme car on l’avait trouvé « rampant sur la terre ». Ceci est d’autant plus vrai qu’Ádam signifie animal en sumérien. Les textes mésopotamiens sont très précis quant à l’origine de la création de l’homme. Un passage du texte mésopotamien « Enki et Ninmah » en est un très bel exemple :

« Alors Nammu, la Mère des origines, la génitrice des dieux, répéta à son fils Enki leurs lamentations : ‘Tu restes couché à dormir sans briser ton sommeil, mais les dieux, tes créatures, celles que tu as formées, te font des reproches ! Quitte ton lit, mon fils applique tes aptitudes avec entendement et fabrique des remplaçants aux dieux pour qu’ils cessent de besogner !’. Enki sort de son lit à la suite de la parole de sa mère Nammu. L’intelligent, le Sage, l’habile, le créateur fabriqua alors une Siensišár qu’il plaça à ses côtés et qu’il examina intensément. Après avoir réfléchi adroitement, Enki, le créateur de la nature, s’adressa à sa mère Nammu : ‘Mère, la créature que tu as évoquée sera prêtre au travail des dieux lorsque tu aura pétri du IM (‘l’argile’). […] Les Siensišár produiront des formes à partir de cet IM. Alors, lorsque tu souhaiteras lui modeler le Medím (‘le façonnement de la charge’ ou ‘du destin’), Ninmah t’assistera ainsi que Ninim’ma, Šuzian’na, Ninmada, Ninbara, Ninmug, Musargaba, Ninguna, [elles] seront toutes tes assistantes. Mère tu arrêteras son Medím [à la créature] et Ninmah lui ordonnera d’oeuvrer pour les dieux’ »
(Traduction provenant d’Adam genesis d’Anton Parks).

Dans un souci de comparaison et d’éclaircissement des textes abordés ici, le récit de la Genèse (création d’Adam jusqu’à l’expulsion d’Adam et Eve) est résumé ci-dessous :

La Genèse nous parle de la création de l’homme et de l’introduction de celui-ci dans le jardin d’Eden, un verger situé en amont des 4 grands fleuves suivants : le Pishôn, le Gihôn, le Tigre et l’Euphrate. Adam est placé en Eden pour le cultiver et le garder. Il peut manger les fruits de chaque arbre du verger sauf celui de l’arbre de la connaissance sous peine de mort. Dieu façonna une femme à partir d’une des côtes d’Adam pour lui venir en aide. Le serpent, l’animal le plus rusé de tout le jardin incite Eve à manger le fruit de l’arbre de la connaissance en lui expliquant qu’ils ne mourront pas et qu’ils pourront discerner le bien et le mal comme des dieux. Eve en mange avant d’en donner à son mari. Cet acte a pour conséquence qu’ils voient qu’ils sont nus. En punition Dieu maudit le serpent, la femme devra enfanter dans la douleur, l’homme est condamné à vivre dans la sueur du travail et « à retourner à la glaise ». Adam et Eve sont expulsés du jardin et les chérubins sont postés à l’entrée pour garder le chemin de l’arbre de vie.


En conséquence, Adam et Eve sont bannis de l’Eden et Dieu les condamne à la souffrance du travail, à la douleur de l’accouchement. La Genèse est précise quant à l’âge qu’aurait eu Adam à sa mort : 930 ans. Notre espérance de vie est dérisoire à côté de la sienne, ceci est lié à une dégénérescence invoquée notamment dans « Le livre d’Adam et Eve (version géorgienne) ». La « nature lumineuse » a été retirée lors de la Création de la nouvelle lignée humaine. Ceci a pour conséquence qu’ils sont soummis à la soif, à la faim, et à la douleur de l’accouchement alors que ce n’était pas le cas avant. Dieu signale que « toute chair qui a besoin de nourriture et d’eau pour exister ne peut être dans le jardin ».

Dans un premier temps, certaines versions nous rapportent qu’Adam et Eve vont tenter de retourner dans le paradis (notamment « le livre d’Adam et Eve, version géorgienne de Vita Adae et Evae »). Leur vie en dehors du paradis est abordée avec des précisions intéressantes dans « le conflit d’Adam et Eve avec Satan ». Cette version est produite en milieu égyptien. Elle est originellement arabe et traduit en éthiopien mais également présent en partie dans le Coran et dans le Talmud. Il nous précise qu’Adam et Eve, une fois expulsés de l’Eden, vont aller habiter à l’ouest dans une caverne d’une montagne rocheuse. Cette caverne correspond au Shéol dont on parle dans la Bible. Dans « le livre des témoins ou des veilleurs » (texte apocryphe de la bible éthiopienne qui remonterait au IVème siècle avant JC), on décrit – en prenant pour référence Jérusalem – qu’à l’occident se trouve des grottes et des cavernes qui abritent l’esprit des morts jusqu’au Jugement. Tous les morts y sont rassemblés jusqu’à l’avènement de Dieu. A l’Orient se trouve le Paradis. Pour ne pas abandonner complètement le couple, Dieu demande à ses anges d’apporter dans la caverne des biens provenant du jardin (or, encens et myrrhe). Dans ce texte cette caverne est appelée la cave aux trésors ou aux secrets. Cette cave est le lieu d’enterrement d’Adam et Eve et plus tard un lieu de recueillement. La vision négative que l’on a des enfers est certainement liée à la punition de Dieu envers le couple d’humains qui sera expulsé de l’Eden et qui vivra et sera enterré aux enfers.

Lorsqu’Adam est sur son lit de mort, « la vie grecque d’Adam et Eve » (ou Apocalypse de Moïse) et « la vie latine d’Adam et Eve » (Vita Adae et Evae) nous apprennent que leur 3ème fils Seth se propose pour retourner en Eden afin d’y chercher un des fruits de vie éternelle. Ce fils est celui qui remplacera Abel tué par son frère Caïn. Adam refuse en expliquant l’expérience tragique du serpent. Il prie néanmoins Eve et Seth de trouver un arbre dont l’huile pourrait le soulager des peines de sa maladie. De retour au Paradis, Eve et Seth vont implorer Dieu. L’huile leur sera finalement transmise par Michael (Dans la vie latine d’Adam et Eve, Michael refuse de donner cette huile mais accepte de donner nard, crocus, calame, cinabre, plantes aromatiques pour la célébration d’un rituel). On réalisera un rituel pour le corps d’Adam en Eden. Ce rituel est celui qui devra être suivi par les humains dans toutes les obsèques. On apprend dans ce texte qu’Eve assume la responsabilité de la faute commise en Eden : « Mon seigneur Adam, donne-moi donc la moitié de ta maladie à assumer, car c’est à cause de moi que tu te trouves dans des peines ». (IX, 2 ; cf X, 2 ; XXXII, 1-2). Elle relativise sa faute en expliquant qu’elle s’est laissée trompée par le Diable qui a pris l’apparence du serpent. Celui-ci va lui-même cueillir le fruit en échange qu’Eve en donne également à son mari. Lorsqu’elle mange le fruit, elle se voit nue (conforme à la Genèse). Mais il est précisé également qu’elle dénudée de la justice dont elle était revêtue. Quand Adam revient, il est dit qu’ « Eve ouvre la bouche mais c’est le diable qui parle » (XXXI, 1).

Pour conclure, dès sa création, Dieu considère l’homme comme un animal. La Bible est construite de manière à culpabiliser l’homme quant à sa condition et le contraint à l’accepter. Néanmoins de nombreux textes complètent cette vision en considérant que la faute est plus celle du plus rusé des animaux de l’Eden, à savoir le serpent. La Bible a contribué à diaboliser cet être, alors qu’une partie des textes abordés ici distinguent très clairement Satan du serpent biblique. Celui-ci étant Enki, le Seigneur de l’entendement ou en d’autres mots l’animal le plus rusé de l’Eden. Je ne peux pas terminer cet article sans insister sur l’importance des textes et des versions parallèles ou antérieures à la Bible pour éclaircir la vision réductrice que l’on peut avoir de ce paradis terrestre. Les tablettes de Kharsağ permettent notamment de confirmer la matérialité de cet Eden et le rôle attribué au serpent Enki et au Satan Enlil.

Sources bibliographiques

- BAUDRY G-H., 2000. Le péché dit originel. Editions Beauchesne. 411 p.

- CHIFFLOT T-G., 1955. La Bible de Jérusalem. L’Ecole biblique de Jérusalem.

- DENIS A-M., 1970. Introduction aux pseudépigraphes grecs d’anciens testaments. E.J. Brill, Leiden, Netherlands. 346 p.

- PARKS A., 2007. Les chroniques du Gírkù. Ádam Genesis. Editions Nouvelle Terre. 516 p.